Soutenir les malades d'Alzheimer

Soutenir les malades d'Alzheimer

Soutenir les malades d’Alzheimer et leurs familles

Pour répondre au mieux au développement de la maladie d’Alzheimer, le Conseil départemental s’engage aux côtés des familles et encourage l’adaptation des modes d’accueil dans les établissements.

La maladie d’Alzheimer et son impact sur une population vieillissante sont l’un des plus importants défis à relever ces prochaines années.

Moins de 2 % des cas de maladie d'Alzheimer surviennent avant cet âge. Après 65 ans, la fréquence de la maladie s'élève à 2 à 4 % de la population général, augmentant rapidement pour atteindre 15 % à 80 ans selon l'INSERM.

Le vieillissement de la population aura donc mécaniquement pour conséquence l’augmentation du nombre de malades d’Alzheimer ; ils étaient 860 000 en France en 2007 et pourraient être 1,3 million en 2020 selon l’INSEE.

Un soutien aux familles

Dans 70 % des cas, des membres de la famille assurent la prise en charge des malades d’Alzheimer et permettent leur maintien à domicile. Aussi est-il indispensable qu’ils ne s’épuisent pas physiquement ou psychologiquement.

Le Conseil départemental propose un soutien des aidants en particulier sur le plan psychologique, par le biais du numéro vert IM’Age : 3 psychologues proposent une écoute téléphonique et /ou des entretiens individuels.

Par ailleurs des infirmières ont été recrutées dans les centres locaux d’information et de coordination (CLIC). Elles ont pour mission d’améliorer la coordination des intervenants sociaux et paramédicaux autour de la personne âgée et de sa famille, notamment dans le cas des démences de type Alzheimer. Elles assurent également un soutien « technique » aux aidants familiaux, en les conseillant sur l'aide à apporter au quotidien tant pour le bien être de la personne accueillie que leur propre bien être.

Ces infirmières peuvent également accompagner les personnes âgées dépendantes et leurs familles dans la période de transition entre le maintien à domicile et l’entrée en établissement.

De plus, les travailleurs sociaux (CLIC et IM'Age) proposent un accompagnment administratif et budgétaire afin d'aider les aidants à se repérer dans les dispositifs existants et faciliter l'accès aux droits.

Des établissements adaptés

L’amélioration de la prise en charge passe également par l’adaptation des établissements pour personnes âgées dépendantes aux spécificités de la maladie d’Alzheimer. Ainsi l’un des objectifs principaux du Conseil départemental demeure le maillage du territoire landais en établissements adaptés pour les personnes âgées atteintes de la maladie. Parmi les mesures les plus innovantes, figure le déploiement de pôle d’activités et de soins adaptés (PASA) présentés dans le plan national Alzheimer 2008/2012.

Ce dispositif permet d’accueillir dans la journée les résidents de l’EHPAD (12 à 14 personnes) ayant des troubles du comportement modérés. Des activités sociales et thérapeutiques sont proposées, dont les principales caractéristiques sont :
• la présence d’un personnel qualifié, formé, soutenu et ayant exprimé une volonté d’exercer auprès de ces malades
• l’élaboration d’un projet adapté de soins et d’un projet de vie personnalisé
• la participation des familles et des proches

Parallèlement, 3 unités d’hébergement renforcé ont été implantées à Saint- Sever, Labenne et Mont-de-Marsan. Elles sont plus particulièrement destinées aux malades aux troubles les plus sévères. Le personnel y travaillant est donc spécialement formé pour faire face à tout type de situation.

Les unités d’accueil spécifiques Alzheimer

En 2011, 25 places d’accueil spécifique Alzheimer ont été créées à Sore ainsi que 12 à Biscarrosse. L’année 2012 a vu l’ouverture d’une nouvelle structure de 65 places dont 12 spécifiques Alzheimer à Saint-Paul-lès-Dax. L’offre de séjour à Mimizan a été augmentée de 21 places (14 Alzheimer). L’année 2013 verra la finalisation d’importantes opérations à Gamarde, au centre de long séjour de Morcenx et enfin à Pouillon, dont une majorité de places pour personnes désorientées.

Les unités d'accueil spécifiques Alzheimer