Zones blanches de la téléphonie mobile

Zones blanches de la téléphonie mobile

Depuis 2003, l’Etat a initié un programme national pour mettre fin aux zones blanches, c'est-à-dire les centres bourgs non desservis par l’un des trois réseaux des opérateurs de téléphonie mobile à l'extérieur des bâtiments.

Phase 1 - 2003-2008

Inauguration du pylône d'Argelouse

L’Etat et les opérateurs ont ainsi arrêté, en 2003 lors d’une première phase, une liste de vingt-quatre communes landaises. Bien que contestant ce recensement, et afin de ne pas pénaliser les communes incluses dans le plan, l'Assemblée départementale a décidé de participer au financement de la couverture des 12 communes (voir liste ci-dessous) de la première phase du plan dans les conditions prévues par le protocole national.

Cette première phase a ainsi représenté un coût d'investissement de 1,8 m€ pour le Département subventionné à hauteur de 0,24 m€ (13 %) par les fonds européens, 0,53 m€ (29 %) par l'État et 0,19 m€ (11 %) par la Région, soit une charge nette de 0,84 m€ (47 %).

Phase complémentaire - 2009-2012

Par la suite, un second recensement mené par l’Etat en 2008 a intégré au programme 9 nouvelles communes landaises en zone blanche (voir liste ci-dessous).

Dans un souci d’un accès homogène aux réseaux mobiles en tout point de son territoire, l'Assemblée départementale a décidé de reconduire sa participation en assurant le financement de la couverture de 4 communes de cette phase complémentaire dans les conditions prévues par le protocole national.
Une délibération en ce sens a été votée lors du budget primitif de 2009. Le protocole départemental a été signé le 3 janvier 2011.

Ainsi, le Département des Landes assurera la maîtrise d’ouvrage de trois pylônes qui desserviront les communes de Bats et Urgons, Taller et Luxey. La mise à disposition aux opérateurs (qui ont à leur chargé l’équipement de ces pylônes) est prévue pour le mois de mars 2012
Cette opération représente un coût d'investissement prévisionnel de 470 000 € HT pour le Département qui sollicite actuellement une subvention à hauteur de 114 000 € (24 %) au titre des fonds européens et de 114 000 € (24 %) auprès de l'État.

Pour la desserte de ces communes, les opérateurs ont fait le choix de mettre en œuvre deux solutions de couverture : la mutualisation et l'itinérance locale.
> Dans le premier cas, les trois opérateurs partageront le même pylône, sur lequel ils installeront leurs propres antennes et équipements ; ce sera le cas sur les communes de Bats et Urgons, et Taller.
> Dans le second cas, seul l’opérateur leader, SFR sur les Landes, installe ses antennes et équipements, et accueille sur son réseau les clients des autres opérateurs. Ce sera le cas sur la commune de Luxey.

Ainsi, les utilisateurs de mobiles sur cette commune voient s'afficher à l'écran, non pas le nom de leur opérateur, mais une inscription type « réseau », « F-Contact », etc. Pas d'inquiétude donc pour les habitants concernés, les appels et les envois de SMS seront acheminés.
Depuis juin 2013, ces communes disposeront d'une couverture mobile.

Liste des communes recensées en zone blanche par l'Etat :

En 2003

- ARGELOUSE, BELIS, BEYLONGUE, LALUQUE, BOOS, CACHEN, LENCOUACQ, MAILLAS, LEVIGNACQ, LUGLON, MANO, OUSSE-SUZAN ont bénéficié de l’action menée par le Département
- ARX, CREON - D'ARMAGNAC, BOURDALAT, BOURRIOT-BERGONCE, CALLEN, CERE, SAINT-GOR, VIELLE - SOUBIRAN, VERT, LUE dont la couverture a été prise en charge par les opérateurs.

En 2008 :

- BATS et URGONS, LUXEY et TALLER bénéficient actuellement de l’action menée par le Département
- BOUGUE, CANENX-ET-REAUT, COMMENSACQ, GEAUNE et MONTGAILLARD sont prises en charge par les opérateurs actuellement.