Fil Info

Fil Info

  • 02/02/2018 LGV BORDEAUX-DAX : UN RAPPORT "INACCEPTABLE"

    Dans un communiqué de presse, Xavier Fortinon, le président du Conseil départemental des Landes, Renaud Lagrave, vice-président de la Région Nouvelle Aquitaine, Elisabeth Bonjean, présidente du Grand Dax et maire de Dax, le député Boris Vallaud, la sénatrice Monique Lubin et le sénateur Eric Kerrouche ont réagi au rapport Duron sur les infrastructures, remis jeudi 1er février à la ministre des Transports.
    Ce rapport préconise de repousser l'aménagement de la ligne LGV Bordeaux-Dax à dans 20 ans au moins. Inacceptable pour les élus landais. Voici la teneur de ce communiqué.

    Le rapport du Conseil d’orientation des infrastructures, remis cet après-midi au gouvernement, propose de repousser le début de l’aménagement de la LGV Bordeaux-Dax à un horizon incertain, au-delà de 20 ans.
    C’est une remise en cause inacceptable du projet GPSO et un coup de canif dans les engagements de l’Etat et de la SNCF.
    C’est surtout un mauvais coup porté aux Landes et à tout le sud de la Nouvelle-Aquitaine.
    Faut-il se résoudre à ce qu’entre la péninsule ibérique et le nord de l’Europe, notre section au sud de Bordeaux soit l’une des dernières à ne pas être à grande vitesse ? Clairement, non.
    Ce qui est en jeu, c’est l’attractivité et le développement économique de notre territoire, ce sont des perspectives réelles de croissance et d’emplois, c’est la lutte contre le réchauffement climatique, mais aussi la sécurité des populations confrontées chaque jour sur nos routes à des flux incessants de camions en transit.
    L’absence d’une nouvelle ligne empêchera la montée en puissance du trafic de fret et le développement des liaisons de proximité en TER. Depuis le 2 juillet, date d’arrivée de la LGV à Bordeaux, le trafic des trains du quotidien a été multiplié.
    En signant la déclaration d’utilité publique de GPSO, Alain Vidalies, alors ministre des Transports, avait pris, lui, la mesure de ces enjeux.
    Si le gouvernement actuel suit à la fin du mois les préconisations de ce rapport, il fera le choix de l’abandon des territoires.
    Aussi nous appelons l’ensemble des élus à se mobiliser pour que nous obtenions cette LGV. Et notamment ceux de la majorité gouvernementale qui n’ont de cesse de répéter qu’ils défendent à Paris les dossiers landais.

Voir tout le Fil info