A la découverte du Seignanx, du Maremne et du Pays de Gosse

Le Seignanx est une petite entité territoriale regroupant huit communes à l’extrême sud-ouest du département des Landes. Ancienne baronnie passant successivement des mains des Anglais à celles de la famille d’Albret, le Seignanx fut rattaché définitivement à la couronne de France en 1451. De ce passé, le promeneur pourra découvrir quelques vestiges sous la forme de splendides églises et châteaux aux styles contrastés.

Niché entre l’Océan Atlantique et l’Adour, le Seignanx offre des paysages très variés : le littoral avec ses plages, son cordon dunaire, sa flore halophile et sa pinède ; le Séqué, zone collinaire de l’arrière-pays, transition vers les montagnes basques, aux boisements feuillus d’essences diversifiées et le fleuve Adour qui, dans sa basse vallée proche de l’embouchure, atteint des dimensions impressionnantes. La plaine alluviale du fleuve, drainée par un système de canaux et de portes à flots, constitue un milieu particulièrement riche sur le plan économique : les barthes, prairies pâturées, parcelles cultivées ou boisées fréquentées par une grande variété d’oiseaux aquatiques, notamment la cigogne.

Capbreton fait partie du Maremne, ancienne vicomté sous l’Ancien Régime. C’est dans son « gouf », immense fjord sous-marin de 1 000 m de profondeur, que se jetait l’Adour avant qu’elle ne se dirige sur Bayonne.

Capbreton fut ainsi, jusqu’au XIVe siècle, un port important sur la façade atlantique. Les pêcheurs allaient chercher la morue jusqu’à Terre-Neuve. Aujourd’hui, un port de plaisance est installé à l’arrière du port de pêche. La promenade de l’estacade, construite sous Napoléon III et surmontée d’un phare, est très appréciée.

Le Pays de Gosse, ancienne baronnie qui a laissé ses traces dans les châteaux et les anciennes caveries croisés au détour des chemins, constitue l’arrière-pays de la côte sud des Landes. On passe de la pinède, au nord de Saint-Vincent-de- Tyrosse, aux barthes de l’Adour et ses anciens petits ports en traversant les collines boisées du Séqué. La confluence, à Horgave, des Gaves pyrénéens de Pau et d’Oloron et de l’Adour confère au site une perspective aquatique d’une très vaste amplitude.

Le Marais d’Orx est l’espace commun à ces trois territoires. Autrefois immense étendue marécageuse de plus de 4 000 ha, ancien delta de l’Adour, il fut asséché par les aménageurs du Second Empire, sous la direction de Napoléon III dans son vaste plan d’assainissement des Landes de Gascogne. Aujourd’hui réserve naturelle sur 775 ha, c’est un site majeur sur les couloirs migratoires de l’avifaune. Des observations ornithologiques sont organisées à partir de la Maison de la Réserve à Labenne.

Remarque : La boucle 7-5 "Réserve naturelle du Marais d'Orx - Circuit de Moussehouns" est interdite aux VTT et à la présence, même tenus en laisse, des chiens.

Visualiser la carte du secteur.

Rando guide en vente dans les offices de tourisme, librairies et maisons de la presse (2 €).