À la découverte du Tursan

Pays aux racines historiques lointaines (mégalithes de Classun et de Larrivière), le Tursan se caractérise par son relief vallonné, principalement constitué d’un plateau entaillé par des vallées orientées sud-est/nord-ouest, sens d’écoulement des affluents de l’Adour tels le Gabas et le Bahus, sur lesquels ont été édifiés de nombreux moulins.

Le Tursan est un territoire à vocation agricole affirmée. Si la production de maïs constitue la majorité des surfaces cultivées, le Tursan est réputé pour sa production viticole. Les cultures associées à l’élevage bovin et avicole façonnent un paysage en marqueterie, ponctué par de nombreux bois et plans d’eau destinés à l’irrigation. Des bourgs de caractère ajoutent au charme de ce pays : villages perchés ou petites bastides. Leur patrimoine méconnu mérite d’être découvert au détour des sentiers de randonnée. C’est notamment le cas de Geaune, capitale du Tursan et centre du vignoble (cave coopérative), qui fut une bastide sous domination anglaise, et de Samadet réputée pour ses faïences du XVIIIe siècle remarquables par l’association des couleurs jaune et rose.

Aux confins du Gers et des Pyrénées-Atlantiques, Aire-sur-l’Adour constitue la porte du Tursan sur l’axe Bordeaux - Pau. Petite ville aux origines antiques, ancienne capitale wisigothique et ancien évêché, elle offre aux visiteurs un patrimoine architectural et religieux de qualité (église Sainte-Quitterie inscrite au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO dans le cadre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle).

12 parcours pédestres sont proposés dans cette région.

Les vins du Tursan

Le vignoble du Tursan couvre environ 400 hectares classés en zone d’appellation Vin Délimité de Qualité Supérieure (VDQS). Situé sur les coteaux des premiers contreforts des Pyrénées, il bénéficie de sols caillouteux et argileux et d’un microclimat particulièrement favorables. Les cépages principaux sont : pour le rouge, le Cabernet et le Tannat (et à un moindre degré le Fer Serradou) ; pour le blanc, le Barroque (et à un moindre degré le Manseng et le Sauvignon). On pourra également apprécier les rosés frais et les moelleux.

Connus depuis l’Antiquité, ces vins furent exportés à la Cour d’Angleterre grâce à Alienor d’Aquitaine. Ils sont l’objet de soins tout particuliers des vignerons, qui ont expérimenté l’enfouissement des barriques dans le sable des dunes d’Hossegor pour recréer les conditions de vieillissement pratiquées par leurs ancêtres. Ils sont particulièrement appréciés en accompagnement des mets régionaux.

Le GR 65/Voie du Puy-en-Velay Le Tursan a la particularité d’être traversé, dans sa partie orientale, par la plus célèbre voie de Saint-Jacques-de-Compostelle : la voie du Puy-en-Velay, par laquelle les pèlerins affluèrent au Moyen Âge et au XVIIIe siècle. De nos jours la voie connaît un regain d’activité et il n’est pas rare de croiser sur les chemins du Tursan ces voyageurs au long cours.

Le GR traverse des cités au patrimoine particulièrement riche :

Visualiser la carte du secteur.

Rando guide en vente dans les offices de tourisme, librairies et maisons de la presse (2 €).