Des Landaises entrepreneuses

Des Landaises entrepreneuses

08-10-2021

Des Landaises entrepreneuses

Enthousiasme, confiance, doutes, vies professionnelle et personnelle qui s'entremêlent... Se lancer pour créer son activité est un défi. Plus facile à mener en étant bien accompagnée.

1 887 porteurs de projets, dont 1 032 étaient des femmes (55 %), ont été accueillis l'an passé par BGE Landes Tec Ge Coop dans ses 11 lieux d'accueil dans tout le département. L'association créée en 1985 a pour mission de favoriser l'insertion sociale et professionnelle des personnes par la création d'activité. 

Accompagnement personnalisé, étude de marché, aide à la recherche de financements, formation, couveuse pour tester son idée... Les équipes sont là pour aider à faire décoller de nouveaux projets. Le 30 septembre, une dizaine de Landaises ont témoigné de leurs parcours lors d'une journée « Entrepreneuriat au féminin » au Domaine du Grand Loustau à Lucbardez. De quoi en motiver beaucoup d'autres.

Marina Decollation - Community manager et conteuse

« Je travaillais dans l'administration depuis 18 ans, mais j'avais envie d'autre chose avec l'arrivée de ma fille. Quitter un salaire à vie, tout le monde me disait « ça va pas, non ? ». J'ai voulu créer mon métier en faisant ce que je faisais avant bénévolement au basket (animation des réseaux sociaux) ou à la médiathèque (lectures et animations pour enfants). J'ai pu tester mon activité en toute sécurité avec la couveuse Envolea, en gardant un temps partiel. L'avantage, c'est aussi d'avoir, chaque mois, des réunions avec d'autres entrepreneurs, on fait du réseautage. Mes clients, je les trouve tous comme ça ! »

Julie Lequime - Camion-épicerie « Georges »

« Quand j'ai monté le projet, je trouvais difficile de dire JE. En donnant un prénom au camion, ça me permettait de dire NOUS ! J'y vends des produits locaux issus d'une agriculture paysanne, souvent bio, et en circuit court. Quand on travaille seul, c'est parfois pas facile, ça fait toujours du bien de parler avec d'autres personnes qui se lancent ».

Carole Movrel - Le Logis d'Augustin

« J'ai travaillé 23 ans dans l'entreprise familiale avant de créer mes chambres d'hôtes. Je suis partie en voyant un peu tout rose. J'ai fait une formation avec Tec Ge Coop. Mais il y a pas mal de bâtons sur le passage. Aller voir les banques, c'est loin d'être rigolo, l'ego en prend un coup, même si on a des arrières solides. Etre une femme qui entreprend, c'est compliqué surtout quand les enfants sont petits. C'est pour ça que souvent, on n'entreprend pas trop jeune, comme moi ».

Voir toutes les actualités