Diffusion du documentaire "Que ta volonté soit fête"

Diffusion du documentaire "Que ta volonté soit fête"

02-06-2015

Diffusion du documentaire "Que ta volonté soit fête"

Depuis plus de dix ans et dans le cadre de sa politique réglementaire, le Département des Landes soutient la production de courts-métrages de fiction et documentaires. Cette dynamique est, depuis 2011, formalisée par une convention de partenariat avec le CNC et la Région Aquitaine. Cette politique départementale permet de repérer les talents émergents et de les accompagner sur le long terme. Ce fût le cas pour les réalisateurs Delphine Gleize (long-métrage "Carnage") et Fançois-Xavier Vives (long-métrage "Landes").

Aujourd'hui, c'est au tour de Johanna Turpeau de bénéficier du soutien du Département pour son long-métrage "Que ta volonté soit fête".

> En savoir plus sur les fonds de soutien à la production cinématographique

Johanna Turpeau

La réalisation et l’écriture ont toujours passionné Johanna Turpeau. Elle a commencé par tourner une dizaine d’années aux côtés d’une journaliste rock Sophie Viguier, disparue aujourd’hui. De cette expérience, elle a  commencé à réaliser des clips musicaux pour des artistes, puis très vite, elle est devenue journaliste en presse écrite pour le magazine musical Longueur d’Ondes.
Elle a, en 2010, réalisé son premier documentaire diffusé « Les petits enfants du rock » en hommage à Sophie Viguier. Puis en 2013, « Mes parents sont gais », un film sur le thème de l’homoparentalité, et enfin « Que ta volonté soit fête ».
Elle est également chef monteuse fiction et documentaire depuis 15 ans pour la filière production de France Télévision. Elle prépare actuellement un court métrage de fiction « Un sourire malgré toi » sur le thème du sourire et de la dualité, ainsi qu’un portrait-documentaire sur un jeune homme en fauteuil prêt à faire tomber tous les tabous sur le handicap à travers le voyage et la rencontre.

Pourquoi avoir choisi Luxey comme sujet  ?
Je fréquente le festival « Musicalarue » depuis une quinzaine d’années; tantôt en tant que festivalière, tantôt en tant que journaliste musicale en presse écrite, tantôt en tant que bénévole à l’accueil artiste sur la grande scène.

Je l’ai vu grandir, évoluer, comme bien d’autres manifestations de ce type dans la région. Seulement, à Luxey, il a quelque chose qui le place hors du commun. Ce festival a su rester à taille humaine, et surtout, les années ne lui font pas perdre son charme, bien au contraire ! Cette qualité, j’ai compris qu’il l’a devait aux habitants qui impulsent l’évènement. Ainsi qu’à l’histoire particulière de ce village et à la culture landaise qui valorise et entretien le lien humain. De plus, les rencontres inter-générationnelles autour de la culture sont nombreuses, magiques et surtout, rares. En effet, la vie citadine impose un tel rythme que ce genre de partage disparait au profit d’un individualisme marqué !

Depuis des années, l’idée d’un film sur ce village et sur son festival me trotte dans la tête. Enfin, je suis extrêmement touchée par leur histoire ancienne, car j’ai vécu quelque chose de très semblable dans ma jeunesse. Mes parents, adhérents d’une association dans une petite ville des Deux-Sèvres, jouaient la comédie sur scène. Ils montaient un spectacle chaque année, composé de sketches, de danses, de chants, de visuels. La troupe niortaise faisait des spectacles pour leurs familles, leurs voisins, leurs amis, tout comme les Luxois, dans les années 70. Ma mère, avec sa plume inégalable, faisait la joie des adeptes de la langue française; mon père, organisateur et orateur hors pair, élaborait le bon fonctionnement du « cabaret » et en faisait la promotion.
Depuis ma plus tendre enfance, je navigue dans ce milieu de saltimbanques, qui est devenu le mien. L’histoire de Luxey me plaît particulièrement pour diverses raisons, mais surtout parce que leur éthique et leur lucidité leur ont permis un jour, de laisser leur orgueil de comédiens amateurs de côté, et de se lancer dans une grande aventure d’abord locale et familiale, pour arriver à une renommée nationale… Ce sont ces qualités humaines qui me touchent ! L’histoire est jolie, elle mérite d’être racontée… De plus, les témoins vieillissent et c’est notre rôle de documentariste de collecter leurs récits afin de ne pas en perdre la trace…

 

Synopsis "Que ta volonté soit fête"

Un film documentaire de Johanna Turpeau diffusé sur France 3
Au cœur du massif forestier landais, un village, Luxey, peuplé d’irréductibles gascons, résiste encore et toujours à l’ennui, grâce à l’intelligence collective de ses habitants. Espièglerie, ténacité et ouverture d’esprit marquent leur aventure humaine. Des hommes taureaux aux danseuses à moustaches, des chars fleuris aux opéras de palombes, les fêtes traditionnelles avaient une grande notoriété. Aujourd’hui, elles ont évolué vers un évènement reconnu nationalement, le festival « Musicalarue ». « Que ta volonté soit fête » se penche sur la destinée de ce rassemblement atypique et charmant, ainsi que sur la réussite durable et pérenne d’un projet culturel en milieu rural. Malgré le constat de désertification, cette folle aventure festive et solidaire fait respirer aujourd’hui un village tout entier.

 

Dates de diffusion
Le jeudi 18 juin à 19h en avant première à Luxey (sur réservation)
Le samedi 20 juin à 15h25 sur France 3 Aquitaine.
Le lundi 22 juin dans la case matinale de 8h55 sur les 5 antennes du pole sud-ouest : Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.
Le  vendredi 26 juin vers minuit sur France 3 Aquitaine.


 

Renseignements
RAS Production
4 allée des prairies | 33138 Lanton
www.rasproduction.com
xavier.delpech@rasproduction.com

Aucun commentaire actuellement.

Laisser un commentaire

 

Voir toutes les actualités