Les Landes deviennent pilote dans les soins numériques

Les Landes deviennent pilote dans les soins numériques

Les Landes deviennent pilote dans les soins numériques

Sélectionné par le Premier Ministre parmi dix-huit projets de territoires de soins numériques, XL_ENS (phonétiquement Excellence) vise à améliorer la santé de la population du Nord et de l’Est des Landes grâce aux nouvelles technologies.
10 millions d’euros seront débloqués sur trois ans par le gouvernement a confirmé Alain Vidalies, ministre des Transports, lors d’une présentation officielle à Labrit, qui réunissait l’ensemble des partenaires du projet autour de l’Agence Régionale de Santé (ARS) d’Aquitaine.

Le projet entend améliorer la prise en charge des pathologies chroniques dont la complexité et la durée imposent une surveillance et une organisation de soins élaborées. « Dans ce contexte, l’apport des technologies du numérique apparaît primordiale afin de mobiliser des savoirs multiples, mémoriser et traiter des informations et apporter des réponses adaptées au patient », explique Michel Laforcade, directeur général de l’ARS.

Concrètement, le projet s’appuie sur une plateforme de services, qui devra répondre aux attentes des professionnels, mais aussi à celles des patients et de leur entourage. Cette plateforme « XL_ENS » intègrera une cellule de soutien territorial d’une vingtaine de personnes, un bouquet de services numériques, des services accessibles par téléphone et des services de proximité sur le territoire. Plus de 200 000 landais sont potentiellement concernés par ce dispositif.

Objectif maintien à domicile

« Les pathologies chroniques, comme les maladies cardio-vasculaires ou le diabète compliqué, nécessitent une prise en charge au long court, poursuit Michel Laforcade. Elles imposent la mise en place d’un projet de vie dont le maintien à domicile doit rester l’objectif principal. » Cela veut dire que les soins dit de premier recours deviennent prioritaires afin d’éviter autant que possible l’hospitalisation.

Déjà fortement impliqué dans l’accompagnement social et médico-social des populations, le Conseil général est fortement investi dans ce projet, comme l’a rappelé à Labrit Henri Emmanuelli. « La coordination des parcours de soin fait partie de nos priorités. Cela se traduit par le soutien à la création de maisons de santé pluridisciplinaires ou des maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer. Ce nouveau projet peut considérablement renforcer l’accès au soin des personnes isolées grâce aux services numériques mais à la condition de vaincre les résistances. ».

La balle est donc dans le camp des professionnels de la santé, médecins libéraux, pharmaciens, hôpitaux, déjà engagés dans l’e-santé mais parfois de manière disparate comme l’a relevé Didier Simon, responsable de l’Union régionale des professionnels de santé : « Le plus difficile reste à faire : mettre les idées en action. Pour être efficace, nous devrons notamment relever le défi de l’interopérabilité. ». En clair que le dossier médical personnel devienne véritablement un dossier médical partagé entre tous les professionnels de santé et leurs patients.
 

Découvrez le reportage :
> En photos
> En vidéo


 

Aucun commentaire actuellement.

Laisser un commentaire

 

Voir toutes les actualités