Tenaces comme des grues en migration

Tenaces comme des grues en migration

23-06-2021

Tenaces comme des grues en migration

Les élèves de 6e du collège Danielle-Mitterrand de Saint-Paul-lès-Dax ont vaincu des vents contraires pour terminer leur contribution au « Carnet de voyage d’une grue cendrée en migration ».

Désormais en 5e, les anciens élèves de la classe de 6e Apollon feuillettent le tome 2 du Carnet de voyage d’une grue cendrée en migration. Autour d’eux, à l’étage du bâtiment pédagogique, des peintures aux couleurs vives égaient les murs du couloir. Autant de preuves tangibles que le long périple qu’ils ont entamé à l’automne 2019 a trouvé une fin heureuse. Pour mener à bien ce projet pluridisciplinaire, il leur a fallu, à l’image des oiseaux migrateurs confrontés aux aléas climatiques, affronter la tempête de la crise sanitaire.

Un arrêt brutal

En mars 2020, les collégiens avaient bien avancé dans la rédaction des histoires issues de leurs observations hivernales des grues dans la lagune de Vert. Les planches censées illustrer leur récit étaient commencées, mais loin d’être achevées. Et le confinement a brutalement tout arrêté pendant de longs mois. Sous l’impulsion de l’équipe éducative, certains élèves ne sont pas résignés à laisser leur œuvre inaboutie. Ils ont repris leur travail à la rentrée 2020. Non sans complications, souligne Sylvain Tardy, leur professeur de SVT : « les enfants étaient dispersés dans différentes classes de 5e. En raison du protocole sanitaire, il a fallu organiser des temps communs, entre midi et deux, pour achever textes et peintures. Bon an mal an, nous avons terminé notre récit en octobre. On a vécu en quelque sorte un aller-retour, un peu comme les grues dans leur migration ».

À chacun son souvenir

L’obstination des jeunes Saint-Paulois est récompensée par un ouvrage rassemblant les contributions des 8 classes landaises ayant participé à ce dispositif départemental lors de l’année 2019-2020. En le parcourant, chacun se remémore un moment de cette année si spéciale. Lise a beaucoup apprécié l’observation sur site : « Il y avait pas mal d’eau. Nous sommes entrés dans la lagune avec des bottes. On nous a expliqué que les grues mangeaient des insectes et des écrevisses, grâce à leurs becs affinés. On les a vues décoller et arriver. En voyant les oiseaux dans leur habitat, on a pris conscience qu’il faut préserver ce genre d’endroits ».

La phase d’écriture, sous la direction de la professeure de français, Christelle Lalanne, a été l’occasion pour les 24 élèves d’apprendre à confronter leurs points de vue afin de construire un récit ensemble. « Tout le monde avait beaucoup d’idées, c’était intéressant de les mélanger », raconte Maéla, qui résume une histoire de solidarité : « Grisette est une grue qui est née avec un handicap, une malformation de l’aile. Elle rêve de partir à l’étranger et son ami Gros Bec va l’aider ».

Pour les dessins, l’artiste dacquois Marcelin Yao a tout d’abord élaboré des esquisses inspirées du texte imaginé par les élèves. Ceux-ci les ont reproduites et mises en couleur, avec l’aide du gérant de l’atelier-galerie MY : « On a travaillé par cellules de 5 ou 6 enfants. Certains travaillaient sur les ombres, et d’autres sur les lumières. Ils proposaient des idées et je leur donnais mon avis sur la composition, notamment la mise en perspective ». Audren se réjouit d’avoir appris « de nouvelles techniques de peinture, comme l’encre. Marcelin nous explique bien, il est patient ».

Au-delà des connaissances acquises dans plusieurs domaines et de la fierté d’avoir participé à une œuvre artistique, Charline préfère retenir que « ce travail a resserré les liens dans la classe. On a vécu une expérience commune et ce carnet est une manière de la transmettre ».

En chiffres

Le tome 2 de Carnet de voyage d’une grue cendrée en migration, en 2019-2020, a impliqué 8 classes issues de 6 collèges : Victor-Duruy à Mont-de-Marsan, Montfort, Morcenx, Parentis, Saint-Martin-de-Seignanx et Saint-Paul-lès-Dax. Soit 202 élèves. Les créations des œuvres ont été interrompues par le confinement de mars 2020 mais 3 classes – dont les 6e Apollon de Danielle-Mitterrand - ont relevé en septembre 2020 le défi de finaliser leur travail.

La saison 3 concerne 7 classes dans 3 collèges : Léon des Landes à Dax, Rion-des-Landes et Saint-Geours-de-Maremne. Cela représente 183 élèves. Auxquels il faut ajouter, pour la première fois, un petit groupe de 3 retraités du SAPAL (Service d’animation, de prévention et d’accompagnement des Landes).
 

Pour aller plus loin

► Croquer les grues cendrées
► Dans le sillage des grues

Voir toutes les actualités