Vers un Plan alimentaire départemental territorial

Vers un Plan alimentaire départemental territorial

15-11-2019

Vers un Plan alimentaire départemental territorial

De multiples initiatives préparent le terrain pour une nouvelle stratégie alimentaire territoriale.

Recenser l’offre agricole et la demande de la restauration collective publique dans les Landes : c’est le vaste travail auquel s’attelle le Département. Une analyse des besoins des collèges a déjà été réalisée. Elle est complétée en ce moment par un audit de l’offre de la production agricole sur le territoire. Enfin, les intercommunalités seront sollicitées pour travailler sur une analyse des besoins alimentaires de leurs restaurations collectives hors collèges.

ETAL40 pour renforcer l'offre maraîchère

Ce recensement ne part cependant pas d’une page blanche. Depuis 2015, la plateforme internet Agrilocal40 fait déjà office d’interface entre fournisseurs et acheteurs locaux. Un travail de liaison qui a permis de tirer de premiers enseignements, notamment une relative carence en production légumière. D’où la création du dispositif ETAL40.

Le premier Espace Test Agricole Landais a été inauguré le 28 octobre à Magescq. Il vise à favoriser l’installation de jeunes maraîchers et l’approvisionnement local en produits de saison. Marion Anglaret est arrivée en mars dernier sur le site de Tinga et Guillaume Bourez l’a rejointe en septembre. Tous deux pourront pendant trois ans tester la viabilité de leur projet sur 1,50 ha chacun et bénéficier d’un accompagnement administratif et technique.

Le terrain est mis à disposition par la Communauté de communes Maremne-Adour-Côte-Sud (MACS). Les équipements (serres, tunnels de stockage, matériel d’irrigation, etc.) sont fournis par le Département à travers la CUMA Maraîchage 40. Dominique Degos, vice-présidente du Département en charge de l’agriculture et de la forêt, retient ce « réseau exemplaire de partenaires ». Et les collectivités n’entendent pas s’arrêter là  comme l’assure Pierre Froustey, président de MACS : « nous devons penser à l’avenir et nous doter, en lien avec le Département, d’une réelle stratégie foncière. »

Un second site ETAL40 Lest ouvert à Mimizan : un couple s’y installera en janvier, il y reste donc une place à prendre. Et de nombreuses intercommunalités se sont déjà positionnées pour accueillir d’autres espaces tests.

Un plan, deux objectifs

Tout ceci permettra d’élaborer un Plan alimentaire départemental territorial, qui sera proposé au budget 2020. Selon Dominique Degos, ce plan doit poursuivre un double objectif : « offrir une alimentation locale et de qualité dans la restauration collective publique d’une part ; et d’autre part pérenniser les petites et moyennes exploitations landaises ». 

La demande des territoires est très forte, comme l’a montré le séminaire de Souprosse réunissant le 16 octobre fournisseurs et acheteurs locaux. Plusieurs communautés de communes ont déjà réfléchi de leur côté à mutualiser les demandes et les approvisionnements de leurs restaurants collectifs. Le plan départemental pourrait idéalement leur servir de boîte à outils. 
Et le contexte est favorable : la loi EGALIM de 2018 fixe aux restaurations collectives publiques un objectif de 50 % en valeur de produits issus de filières de qualité et durable, dont 20 % issus de l’agriculture biologique, d’ici 2022.

Voir toutes les actualités