Commune de Bias Fontaine Saint-Michel

Commune de Bias Fontaine Saint-Michel

Imprimer
Catégories : Sources et fontaines

Description

Fontaine Saint-Michel à Bias

Localisation

100 m derrière l’église près du ruisseau du bourg, se trouve cette fontaine.

Historique

Xavier de Cardaillac dans un article paru dans la société De Borda en 1930 :
« la pierre d’autel d’Orvignac et la formation d’une légende » mentionne l’existence ancienne « d’une source abondante qui sort de terre sur la Grand-Place boisée et non loin de la nouvelle église ».

L’actuelle église de Saint-Michel de Bias est construite en 1904 en lieu et place d’une autre datant de 1770, elle même édifiée en remplacement de l’église primitive, située à 2 kms plus à l’ouest et démolie par les habitants en raison de la montée des eaux de l’étang du Bourg Vieux et de l’avancée des sables.

Cette dernière, située le long de la voie romaine littorale était une étape du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle et dépendait du prieuré Sainte-Marie-de-Mimizan.
Dans l’église on retrouve les vitraux de Saint-Michel terrassant les dragons, de Saint-Michel pesant les âmes ainsi qu’une statue du Saint.

En 1930, c’est une fontaine assez délabrée construite sur des pieux en bois près d’un lavoir.
Sur un soubassement cubique érigé au dessus de la source, se dresse une niche en maçonnerie qui abrite une statue de Saint-Michel (disparue en 1989) cette niche repose sur une grande pierre plate triangulaire : c’est la pierre à demi légendaire d’Orvignac.

Légendes

La légende de la pierre qui pète :
Cette pierre avait été enlevée par un cultivateur du quartier d’Orvignac qui l’avait transportée dans une bergerie : les moutons tombèrent malades et plusieurs moururent.
Cet homme aurait ensuite placé cette dalle contre son foyer, en guise de plaque de cheminée.
Sous l’action du feu, la pierre faisait du bruit « que petabe ». Sur les conseils du curé de la paroisse voisine, le paysan aurait décidé de l’enlever et de la rapporter là où il l’avait trouvée.

C’est dans les années 1890 que Mr Sargos maire de Bias refusant de prendre cas des pouvoirs maléfiques de la pierre eut l’idée de l’utiliser pour la placer au-dessus de la source.
Cette pierre d’autel du 12ème siècle provenait des ruines d’une chapelle des chevaliers de Malte sise au quartier d’Orvignac (à proximité de Saint-Julien-en-Born).
Son aspect actuel provient d’une grande restauration de l’ensemble en 1979 complétée par une nouvelle restauration en 2003 permettant l’accès aux personnes à mobilité réduite.
La statue actuelle de Saint-Michel, en bois, œuvre d’un artiste local remplace celle volée le 11 novembre 1989.

Les témoins de son fonctionnement

Un voisin qui entretient l’église grâce à son habileté et à sa disponibilité.
L’association des « amis de l’église de Saint-Michel ».
Chaque année une procession a lieu à l’occasion de la Saint-Michel et réunit de nombreux paroissiens et curieux. La fontaine est toujours bien entretenue et fleurie grâce à l’action bénévole de ce même voisin.
La fontaine était réputée pour les maux d’estomacs, de reins et de peau et fournissait également l’eau du ménage pour les maisons de l’airial.

Bibliographie

- M. Olivier de Marliave : sources et saints guérisseurs des Landes de Gascogne
- M. Xavier de Cardaillac : archives départementales Per Gr 8° 250/49

Photos : fontaine en 1977 : Abbé Michel Devert
Fontaine actuelle en 2011