Commune de Campagne Fontaine Saint-Pantaléon

Commune de Campagne Fontaine Saint-Pantaléon

Imprimer
Catégories : Sources et fontaines

Description

Localisation :

Elle se situe près de l’église Saint-Pantaléon.

Mythes, légendes et anecdotes :

La fontaine fréquentée au 19e siècle est tour à tour délaissée et à nouveau fréquentée. Elle a été rénovée en 1990 à l’initiative de la mairie.
Un petit bassin accompagné d’une rigole a été construite. Près du bassin on a élevé un pilier surmonté d’une croix avec la mention : « fontaine Saint-Pantaléon ».

L’eau de la fontaine est censée aider les enfants à faire leurs premiers pas et à parler. Ce serait une des rares sources dont l’eau aurait cette vertu, expliquée par le fait que Saint-Pantaléon, parmi les nombreux martyres endurés et dont il se serait relevé, aurait subi l’ablation de la langue.
Une procession a lieu chaque année pour la fête paroissiale, le 4ème dimanche de juillet, très fréquentée par les paroissiens. On sort alors la bannière de Saint-Pantaléon, dont l’image est brodée sur fond doré.
Lors de la procession, le desservant utilise un rite très ancien destiné aux premiers pas des enfants, lisant un passage des Evangiles. Le fonctionnement de la source est maintenu artificiellement à l’aide d’une pompe, depuis la construction de la route à quatre voies reliant  Mont-de-Marsan à Dax (D 824) en 1995.

Sources, notes, bibliographie

- Mme Monique Veau,  A la découverte de Mont-de-Marsan et de sa région ; Ed Jean Lacoste, 1980,  p. 38
- M. Olivier Marliave, Sources et Saints guérisseurs des Landes, Ed L’horizon chimérique, 1191, p. 64.

Personnes ressources :

- M. Christian Nolibois Maire de Campagne en 2010
- M. Pierre Baillet ancien maire de Campagne
- Mme Marie Dussaut
- Mme Monique Poccard responsable du relais paroissial de Campagne
- Sur  la route d’Aurice, une fontaine disparue dans les années 60 au moment de l’installation de réserves d’eau artificielle, soulageait les personnes qui « souffraient des yeux » on s’aspergeait d’eau de la fontaine qui n’était pas consacrée.
- Témoin de son fonctionnement : Marie Dussau