Commune de Bougue Source Saint-Clair

Commune de Bougue Source Saint-Clair

Imprimer
Catégories : Sources et fontaines

Description

Localisation

La source se situe en bordure de la route départementale vers Villeneuve, à l’entrée du bourg, sur une propriété privée.

Mythes, légendes et anecdotes

Cette fontaine était très fréquentée au 19ème siècle. Peu à peu, elle est abandonnée au cours du 20ème siècle et se trouve désormais sous les ronces selon M. Veaux dans les années 80. Actuellement elle est sur une propriété privée et l'on n’y accède plus.

La source avait la réputation de guérir les maux de tête et d’yeux. En 1879, l’abbé Desquires, curé de Bougue écrit : « Du côté Nord, sur le bord de la route départementale, à l’entrée du bourg, coule une fontaine dite fontaine de Saint-Clair. En grande partie les habitants du village boivent cette eau et quelques-uns reconnaissent à cette eau une vertu surnaturelle. Mais les étrangers sont plus nombreux à y croire. Les offrandes sont déposées dans un tronc qui se trouve dans le mur de la fontaine. Beaucoup ne manquent pas de venir se recueillir prier à l’église devant la statue de saint Clair.

1er juin, jour de fête du saint et particulièrement le premier dimanche de juin qui coïncide avec la fête patronale, les visiteurs affluent à la fontaine et à l’église. On y vient pour demander le soulagement et la guérison des maux d’yeux. A ce propos, les gens plaisants prétendent qu’on arrive le matin en voyant clair, et qu’on se retire le soir en voyant trouble. On dit cependant que bien des personnes ont trouvé des soulagements en se lavant les yeux à l’eau de cette fontaine. Mais aucun acte constant n'atteste la véracité de ces allégations. Pourtant, il est bon de noter que cette dévotion est répandue au loin, puisqu’il y a à peine quelques années, de l’extrémité du département, une personne laïque, éprouvant une grande fatigue dans la vue par suite de sa profession, demandait par lettre au prêtre de la paroisse de lui faire parvenir quelques bouteilles de cette eau dite miraculeuse ».

Sur la façade de ce minuscule bâtiment, d’à peine un peu plus d’un mètre de haut, juste au dessus du conduit par lequel s’écoulait la source, on distingue une alvéole, profonde d’une quinzaine de centimètres. Elle permettait probablement de déposer des offrandes. Le pignon de sa toiture de tuiles porte encore trace d’un ancrage de fer qui est certainement ce qu’il reste d’une croix.

Sources, notes, bibliographie

- Archives départementales des Landes – Fonds du Grand Séminaire de Dax 1000 J 66
- A.D. 40, 1000 J 66, monographie paroissiale de Bougue par l’abbé J. Desquires (1879).
- Constant Lacoste, Les fontaines consacrées, Bull. Sté de Borda, 1965, p. 428.
- Monique Veaux, A la découverte de Mont-de-Marsan et de sa région, éd. Jean Lacoste, MDM, 1980, p. 161.

Personnes ressources :

- M. Jean Fondeviole, ancien maire de Bougue
- M. Jean-François Moulian, habitant de Bougue et conseiller municipal.