Commune d'Aire-sur-l'Adour Source du Salut (La Crypte)

Commune d'Aire-sur-l'Adour Source du Salut (La Crypte)

Imprimer
Catégories : Sources et fontaines

Description

Localisation

Cathédrale Sainte Quitterie
Après être entré par le portail occidental et avoir traversé la nef et le transept, on descend dans l’absidiole nord et on gagne la nef de la crypte.

Historique

La crypte, sa fontaine et le sarcophage de Sainte Quitterie :
« L’élément le plus ancien et qui a sans doute été à l’origine de tout le développement du site est la source de la partie centrale. On peut penser que ces eaux jaillissant sur une colline ont fait, dans l’Antiquité, l’objet d’un culte à une divinité païenne, avant d’être, bien plus tard, consacrées au culte de Sainte Quitterie qui, selon la légende aurait apporté sa tête à cet endroit.
Dans cette crypte les restes de la Sainte auraient été conservés dans un sarcophage de marbre blanc. Cette œuvre, que l’on peut dater de la fin du IVe siècle, porte un décor complexe réparti sur toutes les parties visibles. Sur la face principale de la cuve, on reconnaît le Christ rendant son ami Lazare à la vie (Jean 11, 11-44), le prophète Daniel en prière entre les lions (Daniel 6, 17-24), le Bon Pasteur (Jean ; 10, 1-16) entouré de la Synagogue et de l’Église, cette dernière présentant devant elle la jeune défunte à laquelle était destiné le sarcophage ; puis vient la figuration du péché d’Adam et d’Eve (Genèse, 3, 1-7) et le Baptême du Christ (Luc, 3, 21-22). Sur les faces latérales, on voit Jonas couché sous son arbre dans le désert (Jonas, 4, 6-9), après avoir été précipité à la mer par ses compagnons, une scène qui trouve sa suite sur la façade du couvercle où le serpent vomit Jonas qu’il avait englouti (Jonas, 1, 3-11) ; à côté, Tobie lutte contre le poisson géant (Tobie, 6, 2-6), tandis qu’à gauche d’un cartouche central dépourvu d’inscription, le paralytique portant son lit (Luc, 5, 18-25) voisine avec Abraham empêché par l’ange d’immoler son fils Isaac (Genèse, 22, 1-14). Ces scènes sont encadrées par des pilastres sur la cuve, par des têtes de Méduses sur le couvercle. On ne connaît ni le personnage, ni l’endroit, auxquels ce sarcophage avait été destiné à l’origine, car c’est sans doute seulement vers le milieu du XIe siècle qu’on l’a mis en relation avec la dévotion à sainte Quitterie. Si, le sarcophage a été conservé, les reliques ont disparu et il ne subsiste de l’édifice que des éléments forts réduits : la niche profonde qui abrite le sarcophage, et le mur qui l’entoure formaient jadis l’extrémité occidentale d’une église. D’autres sarcophages plus simples entourent celui de sainte Quitterie. On peut penser qu’ils ont plutôt été disposés en ce lieu lors de son réaménagement, afin de renforcer son caractère sacré. » (d'après le site Internet de la ville d'Aire).










Sources, notes, bibliographie

http://aire-sur-adour.fr/la-ville/histoire-et-patrimoine
Bulletin de la Société de Borda ( Abbé Cazauran)